Quand les collègues de Mme B. Delphine contestent le rapport de l’inspectrice du travail.

Des collègues de Mme B. Delphine ont contesté le rapport de l’inspectrice au profit de l’employeur.

Dans son malheur, notre collègue a sollicité l’intervention de l’inspectrice de travail qui, comme la loi l’y autorise, a fait une enquête au sein de l’entreprise SKF sur le site de Saint-Cyr-sur-Loire.

Le contenu de cette enquête issu de l’audition d’une trentaine de salarié fut accablant pour la Direction de l’entreprise -> lien : Courrier Inspect du travail du 19.11.2014

Ce rapport a déclenché les foudres de la direction de SKF envers l’inspectrice du travail qui lui a adressé plusieurs lettres de protestations et demander de lui communiquer la liste des salariés entendus. Après de longues échanges de courriers avec l’inspectrice et son supérieur hiérarchique, celle-ci a été affectée sur un autre secteur.

Nombre des salariés en poste à SKF se sont retourné contre l’inspectrice de travail au travers de nombreux témoignages. En voici quelques-uns.

1 – Mr A. Nicolas a attesté : -> lien : Témoignage Mr A. Nicolas

« J’ai été entendu par l’inspectrice du travail dans le cadre de son enquête sur l’unité SKF Logistics Services.

Sur la forme tout d’abord, je tiens à préciser que j’ai eu l’impression, comme d’autres collègues, de subir un interrogatoire.

Lorsque j’ai pris connaissance du contenu du rapport, j’ai été très surpris qu’aucun de mes propos n’y figure. Pour moi, ce rapport ne reflète pas la réalité des échanges que nous avons eus. Je me permets de dire que certains propos sont tout bonnement mensongers ou relève de la pure invention.

Il est dommage de tenir une unité et une belle entreprise telle que la nôtre qui fait rêver tant de personne dans la région de Touraine. C’est à se demander si ce rapport n’a pas été fait par une seule et même personne comme s’il s’agissait d’un règlement de compte que d’ailleurs personne ne comprend autour de moi.

En réponse à ce rapport, je tiens à préciser les points suivants :

 Mme B.

J’ai effectivement été interrogé par Mme D.. Je lui ai dit que j’avais souvent des remontés des membres de son équipe me disant qu’ils n’avaient pas de support et de ce fait venaient régulièrement me demander des infos car Mme B. était rarement disponible pour son équipe. D’autre part, me concernant, lorsque je faisais des demandes par mail à Mme B. ? je n’avais pas souvent de réponse à mes questions. Je suis surpris de ne rien voir à ce sujet dans le rapport…

 Mauvais états du sol du magasin : L’inspectrice du travail note le mauvais état des sols au magasin. J’aurais aimé que Mme D. prenne le temps de visiter le magasin pour pouvoir donner un avis factuel. En tant que Responsable de l’amélioration continue, je tiens à préciser que depuis plusieurs années et je dois dire sous l’impulsion de Mr CH., nous dépensons chaque année des sommes pour l’amélioration des conditions de travail et la rénovation des sols.

Ainsi les sommes suivantes ont été dépensées :

En 2012 : 57.491 (sols et peintures)

En 2013 : 62.185 (Sols, peintures, nouveaux outils, améliorations diverses, tapis anti fatigues)

En 2014 : 92.258 (2 quais d’expéditions nouvelle génération, Actions EHS, améliorations, sols, etc…)

En 2015 : 80.123 à ce jour (Sols, Sécurité, Améliorations diverses)

 A aucun moment nous avons négligé l’état de notre unité bien au contraire nous faisons tout pour être une référence en terme de confort pour nos collaborateurs. (Il faut quand même savoir que tous nos collègues extérieurs à notre unité nous remontent régulièrement que notre unité est devenue très attractive). Cette attractivité se ressent d’ailleurs sur le nombre de candidatures que nous pouvons avoir à chaque poste à pourvoir. Nous sommes exemplaires en termes de sécurité, les résultats sont d’ailleurs là.

 J’ajoute de plus que nous organisons des réunions journalières de 15 minutes (RJ) depuis mars 2012. En novembre nous avons effectué un sondage après 6 mois de pratique et le retour des opérateurs est sans appel avec des avis très positifs sur cet outil. Les RJ apportent beaucoup de communication chaque matin concernant l’EHS, la qualité, le matériel, l’activité, le 5S et l’amélioration continue. Le principe étant de donner la parole aux opérateurs, écouter leurs souhaits et les réaliser.

Pourquoi n’est il pas fait mention de l’effet positif des RJ dans le rapport de l’inspectrice du travail ?

 Démarche RPS : Nous avons mené des actions de fonds avec Mr CH. Et Mme. X.

4 embauches réalisées.

Une équipe de nuit renforcée (nous sommes passés de 4 à 8 personnes).

Nous avons limité le changement des postes de travail au cours d’une journée.

Développer la polyvalence au sein des intérimaires.

Toutes absences sont remplacées systématiquement.

Les problèmes d’organisation ont donc été réglés contrairement à ce qui est écrit.

 L’organisation du magasin :

Nous avons des intérimaires en longue durée qui sont polyvalents sur l’ensemble des postes magasin y compris les expéditions (Poste le plus complexe) contrairement à ce qui est écrit.

Nous faisons une revue hebdomadaire (le mercredi) pour ajuster nos effectifs en fonction de la charge de travail, des congés et des absences prévues. Les absences non prévues sont très compliquées à gérer mais nous avons mis en place un process nous permettant d’y palier.

Dans ce rapport il y figure aussi la notion d’emplois d’étudiant, il faut savoir que je suis chez SKF à la logistique depuis 14 ans, durant cette longue période nous n’avons eu que 3 étudiants en période estivale.

En aucun cas le recours au travail temporaire n’impacte l’organisation car il sont formés par un processus de formation efficace.

 Rapport WCA : Je conteste fermement les faits qui sont évoqués sur les résultats du WCA. Les résultats au sein du magasin ont toujours été au-dessus de la moyenne du site.En conclusion, je tiens à souligner que depuis l’arrivée de Mr. CH. Notre unité s’est bien développée et que nous sommes fiers de travailler au sein de SKF et plus particulièrement de SKF Logistics Services. Je regrette sincèrement de constater que ce que j’ai raconté à Me l’inspectrice du travail ne se retrouve pas dans son rapport. » 

 2 – Mr B. Jamil a attesté : -> lien : Témoignage Mr B. Jamil

 « J’ai pris connaissance de l’attestation de Mr Stéphane P.

 En tant que responsable Transport de SKF Logistics Service France, je tiens à préciser les points suivants :

SKF Logistics Service France ne travaille plus avec l’entreprise QUALITAIR & SEA depuis mars 2011.

Lorsque SKF France travaillait avec QUALITAIR 1 SEA, le montant d’achat de transport était inférieur à 500.000 euros sur un montant total d’achat de transport de 11 millions d’euros soit 4.5%.

Contrairement à ce qui est mentionné sur cette attestation, en qualité de responsable transport et commissionnaire, je suis la seule personne habilité à négocier les tarifs de transport au sein d’SKF France. QUALITAIR AND SEA n’était pas un fournisseur sélectionné par SKF France mais un fournisseur imposé par notre client au Brésil. L’activité du service de Mme B., uniquement à commander les transports afin de livrer ensuite nos produits au Brésil. Nous réglons les factures de transports et refacturations celui-ci dans la facture des pièces client.

Il n’y a eu qu’une seule demande faite à QUALITAIR AND SEA en dehors de ce flux. C’était un flux de conteneurs arrivant des USA vers la France. J’ai mené ces discussions avec QALITAIR AND SEA, même si, de par son relationnel avec ce fournisseur dans la politique d’achat du groupe SKF, nous a amené à arrêter cette consultation. »

 3 – Mr K. Omar a attesté : -> lien : Témoignage Mr K. Omar

 « J’ai pris connaissance du rapport de l’inspectrice du travail daté du 19/11/2014.

Lors de l’enquête menée par Mme D. ? j’ai été auditionné le 20/09/2013. Dès le début de l’entretien, j’ai ressenti que l’inspectrice voulait que je dise que nous travaillions dans un service où il y avait une pression constante et une ambiance de travail intenable surtout depuis l’arrivée de Monsieur CH.

Bien au contraire, je lui ai signifié que j’avais constaté une véritable amélioration des conditions de travail, en particulier depuis son arrivée en 2011. Je lui ai expliqué que j’étais en poste au sein du magasin depuis mai 2000 et que j’ai donc pu constater cette évolution positive avec l’arrivée de nouvelles activités et une amélioration de la communication au sein de l’unité.

J’ai insisté à de nombreuses reprises (exemple à l’appui) pendant l’entretien sur ce point et j’ai même lors de ma conclusion repris ceci afin d’être le plus clair et transparent avec elle. Je constate que la grande majorité de mes collègues magasiniers trouve cette évolution positive.

J’ai donc été extrêmement choqué de lire le rapport de l’inspectrice du travail, surtout par l’absence d’éléments que je lui ai communiqué et qui ne sont pas dans le sens du rapport. Je n’ai pas été interrogé sur le cas de Mme B., si cela avait été le cas, je n’aurai pas pu été attester de ses capacités professionnelles car j’avais de nombreux retours négatifs de la part de son équipe sur son manque de support. »

 

4 – Mr M. Hicham a attesté : -> lien : Témoignage Mr M. Hicham

 « J’ai pris connaissance du rapport de l’inspectrice du travail. Je tenais à dire que les propos me semblent très sévères à l’encontre de notre unité. En lisant cela j’ai eu l’impression de travailler par moment au moyen âge. Depuis ma prise de poste il y a ans que nous faisons des entretiens avec nos opérateurs tous les ans, pour une durée de 2 heures. Mr. CH. A énormément contribué à l’amélioration de l’état du magasin et aux règlements des problèmes liés au sol qu’auparavant. Nous avons aussi beaucoup plus de facilités pour avoir du matériels, du personnel, des consommables…

Avec Mme B., j’ai eu des débuts difficiles car je venais d’être nommé Chef d’équipe et j’avais besoin surtout de soutien de sa part, chose que je n’ai pas eu suite à plusieurs mails sans retour. Le rapport WCA (Analyse du Climat de Travail) des 2 équipes sont au-delà de la moyenne du groupe SKF.

Concernant mon équipe et sur une note allant de 1 à 7 en 2013 nous avons eu 5,75 et 5,6 en 2014. Le WCA est un outil important qui transmet par note l’appréciation générale de notre management.

Nous avons mis en place il y à 4 ans une nouvelle organisation de planning avec une polyvalence au poste, chose que les opérateurs apprécient à l’unanimité.

Une CRC (Commission Révision Coefficient) a été mis en place dont je fais partie, et qui a permis à de nombreuses personnes de Logistics Services d’avoir une augmentation financée importante.

Pour finir les emplois étudiants sont de l’ordre de 3 à 14 ans de présence donc 2 dans mes effectifs. »

 

4 – Mr M. Pierre Marie a attesté : -> lien : Témoignage Mr M. Pierre-Marie

 « Je tiens à exprimer mes réserves à propos des commentaires relatifs à ma situation de travail au sein de l’unité Logistiques de SKF France.

S’il est incontestable que le local au sous-sol ne dispose pas de lumière naturelle, en revanche on ne peut pas le qualifier d’exigu. Je dispose exactement de 100 mètres carrés dans un espace rectangulaire sans cloisons. Je précise également que la totalité des murs et des réseaux ont été repeints en blanc et bleu en mars 2013, soit avant la visite de Mme l’inspectrice du travail.

Il m’importe de préciser que mes commentaires positifs quant aux aménagements récents de mon local de travail n’ont pas été repris dans le rapport.

Concernant mes conditions de travail, je dois préciser que ma fonction exige des déplacements fréquents de mes collègues dans les bureaux ainsi qu’au magasin (rez-de-chaussée) donc je ne suis pas en permanence dans les conditions décrites dans le rapport. Je dois en outre rajouter que mon mandat de Délégué du Personnel et Membre du CHSCT n°3 du site de ST CYR sur Loire m’amène à quitter fréquemment mon local de travail. »