Réponse au message du DRH aux « affaires sociales » du 21 juillet

Depuis l’annonce du transfert de 23 salariés du service L&AT à Chambéry, la direction tente de nous empêcher de communiquer avec les salariés. Après un premier message, le 21 juillet dernier, nous en avons reçu un second venant de notre RH et DRH en ces termes :

« Expéditeur: DS@skf.com

Date: 21 juillet 2017 à 13:34:20 UTC+2

Destinataire: CGT.Montigny@skf.com

Cc: ..@skf.com,  FO.Montigny@skf.com, ..@skf.com, …@skf.com, ..@skf.com, Sud.Francilien@skf.com, ..@direccte.gouv.fr

Objet: Rép : Affichage Tract syndical – Projet LAT

Bonjour,

Nous venons d’apprendre alors que nous étions en réunion de CE/CHSCT sur

l’information-consultation sur ce projet LAT,

Mme D., votre déléguée syndicale, a rencontré des salariés du service LAT pour leur expliquer notamment qu’ils perdraient une partie de leur rémunération.

Nous sommes outrés de ces deux manquements :

– Mme D., en tant que déléguée syndicale, ne fait pas partie des instances consultées. Son comportement est irrespectueux vis à vis des instances consultées.

– La désinformation qu’elle a mené auprès du personnel (alors que nous étions encore en réunion) ne peut que créer une anxiété inutile pour les personnes concernées.

Nous demandons au syndicat CGT de cesser de telles pratiques.

Nous encourageons un dialogue social respectueux dans les deux sens.

Cordialement,

DS

Responsable Ressources Humaines

DRH Adjoint – Affaires sociales »

On voit bien que notre DRH adjoint aux affaires sociales n’a rien d’autre à faire que de s’occuper des ragots que lui rapportent certains salariés. Comme tous les syndicats sont en copie du message qui nous a été adressé, il est donc publique et nous lui répondons ci-dessous :

« Madame la Directrice des Ressources Humaines,

Vos informations sont erronées et incomplètes et fausses. Comme d’habitude, nous pouvons dire. Nous constatons qu’à aucun moment vous ne précisez quels sont les salariés qui vous ont rapporté lesdits propos. La vérité est la suivante ;

En sa qualité de déléguée syndicale (DS), elle a été interpellée pendant sa pause déjeuner par des salariés du service LAT qui lui ont demandé si la réunion d’information, prévue par la CGT, se tiendrai bien à 14h. Elle leur a répondu que celle-ci serait certainement déplacée car la réunion du Comité d’établissement (CE) qui était alors en cours n’était pas encore terminé et qu’elle ne savait pas non plus si la réunion des délégués du personnel, également prévue à 14h aurait lieu.

Dans l’après-midi, lors d’une suspension de séance, tous les membres du CHSCT et du CE étaient en discussion avec les du service L&AT afin de les questionner sur ce projet ; rencontre où étaient également présent les élus des syndicats FO et SUD.

Notre DS, était également en pause à ce moment-là, ce qui n’est pas encore interdit. Elle s’informait comme tout le monde. Ni plus, ni moins..

Encore une fois, vous vous permettez de colporter des ragots et racontars sans même vous donner la peine de la contacter afin d’en discuter et savoir ce qu’il en est vraiment.

Vous avez une bien curieuse façon d’encourager un dialogue social respectueux !

Vous vous permettez de menacer les salariés de réductions de salaire s’ils assistent à nos réunions d’informations et maintenant vous vous acharnez sur notre Déléguée Syndicale en vous basant sur des bruits de couloirs, non fondés, sans aucunes preuves.

C’est un bel exemple de respect que vous montrez envers les organisations syndicales.

Vos fonctions de DRH, vous confèrent surement d’autres occupations plus importantes que de vous occuper des ragots et racontars des salariés.

Nous constatons que vous avez encore une fois mis l’ensemble des OS et des salariés en copie de cette échange qui dès lors sera considérée comme « publique »

Nous vous conseillons, la prochaine fois de dire aux salaries qui vous ont rapporté ces propos de ne plus venir discuter avec les élus du syndicat CGT.

Sachez enfin, Madame la DRH aux affaires sociales, que nous n’avons pas à obtenir votre autorisation préalable avant de discuter avec les salariés.

Le syndicat CGT SKF»

C’est quand même dingue non ? Elle décide en pleine période estivale de transférer 23 salariés dans une autre entreprise et on ne doit pas en parler.