ELECTIONS: Négociation d’un nouveau protocole d’accord (Suite au 9 septembre)

Suite à l’annulation des élections nous sommes convoqués le 9 septembre 2016 à une réunion de négociation d’un nouveau protocole d’accord

Face à l’acharnement de la Direction envers les élus CGT nous avons pris les devants; nous avons adressé plusieurs courriers à la Direction, qui, à ce jours sont restés sans suites.

Dans ce courrier nous demandons à la direction de s’abstenir de tout interventionnisme dans le processus électoral et de nous fournir tous les éléments légaux, à savoir les RUP, DADS. Et oui, nous avons une Direction qui a tendance à faire aussi sa campagne électorale et bien entendu c’est contre la CGT et les syndicalistes de notre syndicat.

Dans celui-ci, nous demandions à notre Direction de changer d’interlocuteur puisque la personne qu’elle a désignée, a déposé un DGI pour harcèlement moral contre la CGT. Notre syndicat défendant tous les salariés, nous estimions necessaire de préserver sa santé et la libérer des pressions insoutenables des méchants syndicalistes de la CGT.

I – Suite du 24.08.2016

(Réponse de notre DRH datée du 24 aout 2016 ci-dessous)

« Madame, Monsieur,

Nous avons bien eu une agression envers notre collègue et nous vous demandons de ne pas en    rajouter.

Nous n’avons pas encouragé des pétitions et avons agi pour faire cesser ce phénomène quand nous l’avons appris,

Nous gardons notre droit à nous exprimer y compris sur ce que nous estimons être des arguties juridiques de pures formes qui coutent cher en frais de justice.

Quand à votre violation de correspondance, elle est « maladive ».

Nous nous sommes expliqués sur la divulgation des bulletins de paie et avons bloqué leur diffusion.

Persuadés qu’un bon dialogue social est facteur de progrès économique et social, nous continuons à favoriser une co-construction dans un respect mutuel. Mme S… est  en charge de l’organisation des élections et je suis persuadé que vous pourrez trouver un accord pour organiser ces élections dans le meilleur climat possible. Bien cordialement. DRH France »

Comme notre DRH nie tout, alors que nous sommes bien accusé de « agression, harcèlement noral » et les fiches de paie de nos collègues sont encore dans la nature, nous lui avons répondu: 

« Monsieur,

Nous sommes encore une fois, contraints de répondre à vos affirmations fausses.

Quand un(e) salarié(e) se plaint de multiples agressions, à plusieurs reprises, nous ne pouvons prendre le risque d’aggraver sa situation, d’autant plus que ces plaintes ont été réitérées le 12 juillet 2016, devant le CPH. Madame S… avait déclaré : « je suis victime quotidiennement de harcèlement., ça ne s’arrête pas.. ». Dans ce cas la protection s’avère indispensable ?

S’agissant du DGI pour « Harcèlement moral »,  déposé par Mme S…; il n’est pas clôturé du seul fait que le TGI ait annulé la délibération du CHSCT. Décision qui fait d’ailleurs l’objet d’un appel. Nous devons nous y pencher sérieusement afin de le clôturer avec des mesures concrètes.

–       Vous parlez de maladie ; En effet, nombre de salariés  sont, encore, en arrêt maladie ou en « burn out » depuis 2012 chez SKF, ce qui engendre un coût non négligeable, tant pour la société que pour la CPAM. C’est justement l’un des sujets récurrents dans toutes les instances et qui nous soucie. La RRH pourra vous le confirmer.

–       Vous n’avez peut-être pas encouragé l’envoi de pétitions  et avez soit disant agi…Quand ? Comment ? Nous ignorons à ce jour ce que vous avez fait.

Il est vrai que vous aviez envoyé une note d’information superficielle le 16 septembre 2013;  ce qui est loin d’être suffisant.. Et pour preuve…Elles sont apparues en 2012 et ça continue. Nous pouvons souligner que l’auteur d’une des pétitions a été ensuite, promu mais c’est surement un hasard qui n’avait rien à voir avec la pétition.

–       Concernant les arguties et coût des procédures juridiques. Malgré de nombreuses réunions et discussions et la plupart à notre demande, nous attendons toujours vos propositions pour régler les problèmes légitimes soulevés. Force est de constater que malheureusement vous ne réagissez qu’aux convocations en justice.

–       Quant à la violation maladive des correspondances, il a fallu se rendre devant le CPH pour que vous en attribuiez la responsabilité à une salariée de votre équipe. ce n’est donc pas aussi « maladif » comme vous le prétendez…

–       Concernant les bulletins de salaire, divulgués par une salariée de votre équipe et dont vous prétendez avoir bloqué la diffusion, Première nouvelle !

Elles sont toujours bien dans la nature et vous avez déclaré devant le CPH que la société ne pouvait en être tenue responsable. Qui est responsable dans cette affaire … ?

Ces fiches de paie n’auraient jamais dû quitter SKF ; d’autant plus que nous n’avons jamais contesté les coefficients hiérarchiques et que seule la définition des collèges électoraux était en cause.

En ce qui nous concerne, nous ne prendrons pas le risque, lors des discussions du protocole d’accord,  d’être, à nouveau, accusé d’agression ou de harcèlement et  prenons acte que la Direction a sollicité l’intervention de l’inspectrice du travail. Cordialement. La CGT SKF »

Nous ne prendrons pas le risque d’agraver la situation de la salariée qui se dit « agressée et harcelée » par la CGT.  Au fait, quel syndicat a déjà négocié un protocole d’accord avec un représentant de l’employeur qui se dit « agressé et harcelé » ?

II – Suite du 09 septembre 2016

Hier nous avons eu la première réunion pour la négociation du protocole d’accord électoral.

Syndicats présents :

  • La CGT – 3 présents, délégation conduite par Mr JC BOUVET
  • La CGT-FO – 1 présent, Mme E. GOUGET
  • La CFDT – 1 présent (nous ne connaissons pas son nom)

Nous avons remis ce courrier aux personnes présentent -> lien: Courrier du 09.09.2016 à SKF

Au cours de ce premier RDV, il a été question des éléments que la Direction devait nous communiquer et que le Tribunal d’Instance avait déjà ordonné de nos donner à savoir, les DADS et les RUP pour les années 2014, 2015 et 2016.

Ces documents, nous aurions dû les avoir depuis longtemps et bien avant la réunion, puisque le Tribunal d’Istance l’avait ordonné dans sa décision du 02.02.2016 -> lien: Jugement TI 02.02.2016 RG11-15-001964

Nous avons également fait remarquer que puisqu’il n’y a pas d’accord sur les classifications des postes au sein de l’entreprise, elle doit également nous communiquer les fiches de postes décrivant les fonctions et tâches de chaque salarié doit nous être remis.

La Direction de SKF s’est engagé à nous fournir tous ces éléments le plus rapidement possibles afin que nous puissions commencer ce travail d’analyse fastidieux qui nécessitera un bon mois au minimum.

C’est bien la première fois que nous nous retrouvons dans cette situation savamment orchestrée par la nouvelle Direction de la société ; malgré nos divergences avec l’ancienne Direction, jamais nous n’avons été confronté à pareille situation.

Nous attendons les documents, car une fois que nous les aurons, les choses sérieuses vont commencer puisque la Direction nous demande de négocier avec la RRH qui nous accuse de harcèlement moral. D’ailleurs nous recevrons bientôt les conclusions en réponse de SKF dans le cadre du DGI qu’elle a déposé contre nous.

Ca ne fait que commencer………..….A suivre…